Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

L’ATELIER
CLIENTS SATISFAITS / TÉMOIGNAGES
LE JEU RÉALISTE : UN PEU D’HISTOIRE
LEE STRASBERG PARLE DE L’ACTORS STUDIO
JOUER C’EST FACILE : ERREUR !
QUEL NIVEAU DE RÉALITÉ UN ACTEUR PEUT-IL ATTEINDRE ?

L’ATELIER

Inspiré par Stanislavski, le travail est individuel et permet à chaque acteur de développer une interprétation personnelle, vraie et unique de son personnage. Les participants travaillent des personnages de films, de séries télévisées, de pièces de théâtre ou de matériel original.

« Ce qui peut arriver de mieux à un acteur, c’est d’être complètement pris par son rôle; involontairement, il se met alors à vivre la vie de son personnage, sans même savoir ce qu’il ressent, sans penser à ce qu’il fait, guidé par son intuition et son subconscient, et tout se passe automatiquement. »

- Constantin Stanislavski, in La formation de l’acteur


CLIENTS SATISFAITS / TÉMOIGNAGES :

« Charles Mayer est le meilleur enseignant de jeu contemporain que j’ai eu. » Normand Desloges, Bachelier en art dramatique de l’UQAM (Université du Québec à Montréal)

« Encore une fois merci; ces 6 semaines furent, pour moi, une expérience exceptionnelle ! »
Émilie Morin

« En quatre heures d'ateliers, Charles Mayer a résumé presque tout ce que j'ai appris en 5 ans de théâtre. »
Brigitte Laniel

« Charles is a wonderful actor himself, and so it is rare and extremely generous - that such a talent also shares his art through teaching - so that you as a student are learning from a true artist which is the best way. »
Cheryl E. Grant

« Charles fut mon meilleur professeur et dieu sait que j'en ai essayé beaucoup ! Il est simple, vrai, travaillant, passionné, DÉVOUÉ, et a eu confiance en moi alors que je doutais. Il m'a amené à me faire confiance et m'a permis de me dépasser moi-même. Merci beaucoup pour tout. Tu es une des raisons qui me poussent à continuer de croire et me permet d'aller toujours plus loin. »
Corine Corriveau

« Participer à l’Atelier Charles Mayer m'a confirmé que la scène qui habitait chaque jour mon coeur existait vraiment et que ce prince protecteur pourrait me faire faire tout ce qu'il voulait, tellement la confiance en un instant est venu sceller l'amitié que j'ai éprouvé pour lui. Encourageant, simple, efficace et fort fut Charles - capable d'écouter, et de diriger mes forces de vie pour que chaque démarche soit unique. Merci Charles. »
Isabelle Mathieu

« J'ai travaillé avec Charles sur un plateau de tournage où il faisait la direction d'acteur. J'ai été très impressionnée par sa facilité à diriger les acteurs et à les aider à trouver l'émotion. Il n'avait qu'à dire une phrase et l'acteur jouait de manière très juste. Je ne peux imaginer jusqu'où vous pourrez apprendre en plusieurs ateliers ! Je vous le recommande chaudement. »
Myriam Thibeault

« Apprendre à se faire confiance, à mieux se connaître et à se servir de son imagination. Apprendre à développer de bonnes habitudes de travail pour améliorer son jeu. C'est Charles Mayer qui m'a donné la piqûre ! Il me guide en toute simplicité mais jamais dans la facilité. Il est un professeur hors pair ! »
Nathalie Berndsen, Bachelière en Danse Université du Québec à Montréal

« Enfin, voilà un vrai PÉDAGOGUE pour acteurs. Charles a l'art de faire découvrir à l'acteur les vérités qu'il a en lui. Pour un acteur vraiment consciencieux de se garder en forme, des visites régulières aux ateliers de Charles, c'est un must. Au plaisir de vous y rencontrer ! »
Annie Fecteau, Baccalauréat en Art dramatique à l'UQAM et 12 ateliers de jeu réaliste/caméra ( privés/UDA )

« Trouvez-vous un bon partenaire de jeu et allez suivre un atelier avec Charles. La découverte d'un personnage accompagné par Charles c'est un travail de tous les instants, un travail sérieux et exigeant mais dont récolte est exponentielle.»
Kym Brennan

« Son style, sa méthode d'enseignement nous amènent à nous dépasser. Il est vraiment très généreux. Sa façon d'enseigner le jeu réaliste me permet de sortir d'un carcan théâtral. Et le climat de travail est toujours très agréable, on sent qu'il y a du temps pour nous, tout comme c'est super enrichissant et stimulant de voir les autres. »
France Dandurand

« Charles est très perspicace et nous guide avec respect, fermeté et beaucoup de bonté. Il nous pousse à faire des essais variés pour explorer, vivre intensément les émotions et pour dépasser nos limites. Venez essayer... vous aurez envie d'y retourner ! »
Claudia Cercel

« L'atelier de Charles me redonne confiance, me rend solide et surtout, me permet de vivre l'instant présent comme jamais. Et je partage ce bonheur avec les autres. Merci Charles ! Merci à tous ! »
Stéphane Castellon, comédien et enseignant

« Du Charles Mayer, j'aime et je le recommande. Tu as été le seul professeur qui m'a guidé intelligemment et comme moi je le percevais. »
Claudette Blackburn

« Il est essentiel pour un acteur de rencontrer un enseignant tel que Charles Mayer. Votre formation ne peut qu'en être améliorée plus rapidement.»
Stéphane Brodeur

« Tout pour vous faire avancer dans cet art. Fortement recommandé. »
Patrice Mathieu

« Charles Mayer fait un excellent travail et c'est à son atelier que j'ai eu le plus de plaisir à jouer. »
Josée Fugère

« Charles Mayer est un professeur intelligent doté d'une douceur et d'une patience sans pareils. »
Fabrice Milich

« Enfin un cours où on est amené à découvrir la vraie réaction du moment présent. »
Patrick Delisle

« Merci Charles d'être un si bon guide et pour ton respect de l'acteur. »
France Fortin

« Auprès de Charles Mayer, j'ai pu aller puiser de grandes émotions et apprendre à maîtriser mon jeu. »
Micheline Saint-Jean

LE JEU RÉALISTE : UN PEU D’HISTOIRE

« Le but de l'artiste est de ressentir devrais sentiments dans des circonstances  données ». Constantin Stanislavski fait de ces paroles du grand écrivain russe  Pouchkinesa devise artistique. « Personne ne sait ce qui touchera son âme,  et ouvrira la maison aux trésors de ses cadeaux créateurs. »

- Stanislavski, in Ma vie dans l'art

« Comment est-ce qu'un acteur joue ? Cette question hantait Stanislavski. Avant lui, les acteurs avaient évidemment réfléchi à la façon dont ils travaillaient, mais rares étaient ceux qui étaient précis sur ce sujet. Admirant le travail des grands acteurs qu’il avait vu, et souhaitant découvrir leurs secrets, le jeune Stanislavski se rend compte que pour la plupart, ils ont emporté leurs secrets dans leurs tombes. Comment l'acteur peut-il apprendre à être inspiré ? Que peut-il faire pour aller vers l'humeur créatrice indispensable ? Stanislavski a consacré sa vie à trouver des réponses à ces questions. »

- Foster Hirsch, in A Method to their Madness :
The History of the Actors Studio

Stanislavski se consacre à une recherche perpétuelle afin de trouver une approche au jeu réaliste qui pourrait, essentiellement, résoudre le mystère de « l'inspiration créatrice ». Le travail du Théâtre d'Art de Moscou, compagnie fondée par Stanislavski et Vladimir Nemirovich-Danchenko, apporte une nouvelle signification au terme de « Vie sur scène », développée au fil d’années d'expérimentation et de découverte.

Le travail du Théâtre d'Art de Moscou lors de sa tournée aux États-Unis en 1923, bouleverse complètement le monde théâtral américain. Voici un extrait de la critique du New York American : « Le Théâtre d'Art de Moscou a peut-être prouvé pour la première fois en Amérique que la culture peut être aussi excitante qu’un match de football ». Deux membres de la compagnie, Maria Ouspenskaya et Richard Boleslavski décident de rester en Amérique et commencent à enseigner au American Laboratory Theatre. Par la suite, poussés par le désir brûlant d’appliquer à leur tour cette approche révolutionnaire de l'art de l’acteur, Lee Strasberg, Harold Clurman et Cheryl Crawford fondent Le Group Theatre (1931-1941), encore considéré à ce jour comme la meilleure compagnie dans l’histoire du théâtre américain. Le Group Theatre était la première compagnie américaine entièrement entraînée à jouer comme un ensemble. Parmi les membres invités à rejoindre cette remarquable compagnie figuraient Robert Lewis et Elia Kazan. Pour des raisons allant des finances « aux différences artistiques » le Group Theatre se dissout en 1941. Six ans plus tard, pour éviter que la flamme ne s’éteigne complètement, Cheryl Crawford, Robert Lewis et Elia Kazan fondent l’Actors Studio : ils invitent cinquante jeunes acteurs professionnels à en devenir membres. Les séances de travail sont dirigées par Lewis et Kazan. Vers la fin de la première année, Lewis démissionne. En 1948 et 1949 plusieurs professeurs dirigent les séances de travail, notamment Sanford Meisner et Daniel Mann, et toujours Kazan. Lee Strasberg est invité à devenir membre du Studio en 1949 puis en dirige seul les séances de travail. Il devient directeur artistique de l’Actors Studio en 1951.

 

LEE STRASBERG PARLE DE L’ACTORS STUDIO

« Les gens qui ont créé l’Actors Studio l’ont fait à partir du sentiment qu’il y avait quelque chose dans le Group Theatre - dont ils avaient fait partie - qu'ils voulaient maintenir, poursuivre. Parce qu’ils estimaient qu’une ambiance, un environnement... un esprit... une influence.... qui avaient profondément affecté leur travail y avaient été créés. Et cela les a constamment poussés à s’améliorer, à ne pas se satisfaire de ce que les critiques diraient, à ne pas se reposer sur leurs lauriers, mais à créer quelque chose qui les stimulerait, comme ils l’avaient été au Group Theatre. C’était pour cette raison qu’ils avaient créé le Group Theatre. Ce n’était pas pour donner à des gens qui n’étaient pas acteurs l’occasion d'apprendre à jouer. Ce n’était pas pour que des inconnus deviennent célèbres. Ce n’était pas pour que des gens qui pouvaient devenir des stars deviennent des stars. Les directeurs de l’Actors Studio ont montré dans le choix des acteurs qu’ils ont invités à rejoindre le studio une conscience aiguisée, un goût très fin, et ils ont choisi les gens dont ils admiraient le talent. Et ils ont estimé que si le talent de ces acteurs - qui était déjà évident, ils n'avaient pas besoin d'eux pour le savoir – que si leur talent était stimulé et consolidé d’une façon ou d'une autre, plusieurs d’entre eux deviendraient des acteurs de théâtre exceptionnels. En fait, ils ont eu raison dans leur vision, dans leurs espoirs et dans leurs intentions.

Mais le but de l’Actors Studio n'a jamais été d’être un endroit où les gens pourraient jouer, et apprendre à jouer. Il a été créé pour ceux qui étaient déjà des acteurs, et qui non seulement jouaient déjà de manière tout à fait satisfaisante, mais parfois de manière exceptionnelle. Pour qu’ils aient un lieu où leur excellence deviendrait la base de la poursuite de leur quête pour perfectionner leur art. »

Tiré de : http://www. actors-studio. com/

Trois membres du Group Theatre ont dirigé de prestigieuses écoles : Stella Adler le Stella Adler Studio o fActing, Sanford Meisner The Neighborhood Playhouse School of the Theatre et Lee Strasberg le Lee Strasberg Institute.

À l’Actors Studio, Lee Strasberg dirigeait les séances de travail, il en était le modérateur. Il enseignait à son école, le Lee Strasberg Institute.

Deux légendes urbaines :

L’Actors Studio n’est pas et n’a jamais été une école, mais un « gym » pour acteurs désirant poursuivre leur travail sur leur art.

Marlon Brando n’a jamais étudié avec Lee Strasberg, mais avec Stella Adler.

 

JOUER C’EST FACILE ? ERREUR !

Demandez à quelqu’un s’il pourrait peindre une grande toile, tout de suite, ou écrire un beau roman, ou chanter un grand air d’opéra avec Pavarotti, ou encore danser avec Les Grands Ballets Canadiens. Il vous traitera sans doute de fou. Maintenant, demandez-lui s’il aurait envie de jouer dans un film; il vous répondra sans doute que oui. Cette idée fausse malheureusement extrêmement répandue de penser que jouer est facile vient du fait que contrairement au peintre,à l’auteur, au chanteur ou au danseur, artistes dont on peut voir qu’ils sont en train de travailler, et que c’est difficile, le travail de l’acteur ne se voit pas. Un acteur en train de réaliser une grande performance n’a pas l’air d’un artiste au travail mais d’un être humain en train de vivre sa vie.

 

QUEL NIVEAU DE RÉALITÉ UN ACTEUR PEUT-IL ATTEINDRE ?

Voici le témoignage de Bobby Lewis, un ancien du Group Theatre, sur la performance de Marlon Brando qui jouait sur Broadway un rôle mineur dans la pièce I Remember Mama : « Le rideau se levait, Mady Christians et Oscar Homolka se déchaînaient. Et soudain, au fond, qui descendait l’escalier, apparaissait ce jeune homme en train de manger une pomme. Il y avait ces deux grandes stars qui donnaient dans le sentiment et ce gars là qui, lui, semblait vraiment vivre là, dans cette maison, dans une chambre à l’étage. Il se mettait à dire sa réplique, et je ne pouvais pas m’empêcher de penser : C’est un machiniste. Un gars qui traîne sur scène, ou peut-être une doublure. L’acteur qui doit jouer ce rôle n’est pas encore arrivé au théâtre, et ce petit gars là, il ne joue pas. »

- Richard Schickel, in Brando : A Life in Our Times.

 


  Inscription : 514. 927. 6053
info@charlesmayer. ca